levée de fonds

Étiqueté levée de fonds

#medtech : Implicity lève quatre millions d’euros pour éviter les erreurs médicales

La medtech Implicity, conceptrice et éditrice d’une plateforme universelle réunissant les différentes données médicales issues d’appareils connectés, vient d’annoncer une levée de fonds. Ce sont quatre millions d’euros qui ont été récoltés auprès de Serena, XAnge, Siparex et CapDecisif Management.

Fondée en mai 2016 par Arnaud Rosier, cardiologue français et chercheur en intelligence artificielle (IA), la startup Implicity propose depuis un an une plateforme universelle à destination des médecins, afin qu’ils puissent suivre 100 % de leurs patientes et patients équipés de dispositifs médicaux connectés. Ce jeudi 14 mars 2019, l’entreprise annonce une levée de fonds de quatre millions d’euros, réalisée auprès de SerenaXAngeSiparex et CapDecisif Management.

La startup part de ce constat : en France, ce sont plus de 500 000 personnes qui sont équipées de prothèses cardiaques implantables (pacemakers et défibrillateurs), faisant de ce type de matériel les dispositifs médicaux les plus fréquemment utilisés. Ceux-ci nécessitent un suivi médical à domicile, notamment possible à l’aide de dispositifs de télésurveillance. Seulement, il existe cinq fabricants de ce type de dispositifs dans le monde – Abbott, Biotronik, Boston Scientific, Medtronic et Microport, ce qui implique donc cinq plateformes propriétaires différentes. C’est alors qu’a émergé l’idée de créer une plateforme permettant de réunir les informations de tous ces dispositifs de manière harmonieuse, notamment à l’aide d’algorithmes.

Recrutement, déploiement, recherche

Un an après son déploiement en France, la startup de medtech a réussi à s’implanter dans près de 20 hôpitaux publics et privés et permet de suivre plus de 8 000 patientes et patients quotidiennement. Cette levée de fonds de quatre millions d’euros va permettre à Implicity d’accélérer son développement, avec des objectifs clairs : renforcer les équipes de ventes et marketing pour la France et l’Europe, implanter un centre de données aux États-Unis pour s’attaquer à de nouveaux marchés et, enfin, accélérer la recherche et le développement de nouveaux algorithmes.

Le Dr Rosier, directeur général d’Implicity, l’explique lui-même : « Cette levée de fonds associant des spécialistes du domaine de la data et de la santé digitale soutient l’ambition d’Implicity d’être le leader européen de ces technologies. Nous sommes ravis d’avoir le support de Serena, XAnge et CapDecisif Management dans cette aventure au profit de tous les acteurs du système de santé. »

[source : Maddyness, Anthony Boudet, 14/03/19 ]

#legaltech : Legalstart lève au moins 15 millions d’euros pour développer une plateforme B2B

La startup française Legalstart vient d’annoncer, ce mardi 12 mars, une levée de fonds estimée entre 15 et 20 millions d’euros auprès d’ISAI. Un investissement qui servira essentiellement à étoffer ses effectifs ainsi qu’à diversifier son offre.

La Legaltech française a de l’avenir. Cinq années après son lancement, la startup Legalstart vient de lever entre 15 et 20 millions d’euros auprès du fonds français ISAI. Une somme qui représente près de 30% du capital de la société, selon les informations recueillies par nos confrères du Journal du Net. Il aura fallu un an de discussions pour arriver à cet accord, la jeune pousse s’étant jusque-là toujours refusée à procéder à une levée de fonds. Se revendiquant rentable, elle préférait auto-financer sa croissance… mais boucle aujourd’hui une opération record dans le secteur des Legaltech.

Avec sa plateforme d’aide et de conseil pour la création d’entreprise, lancée en mars 2014, la jeune startup a de l’ambition. Forte de près de 150 000 entrepreneurs accompagnés depuis cinq ans et 15 000 abonnés depuis la mise en place d’un système d’abonnement il y a 18 mois, Legalstart souhaite dorénavant « faire converger la partie documentaire, la partie information/assistance et la partie conseil personnalisé à plus forte valeur ajoutée et permettre à chaque entrepreneur de composer son offre de manière modulaire », confie le cofondateur et directeur général Thimothée Rambaud au JDN.

Cette levée doit permettre à la jeune pousse de « continuer à investir significativement dans la partie produit, tech, afin d’automatiser et simplifier encore l’expérience utilisateur ». Notamment dans le développement de la version mobile, qui représente plus de 50% du trafic entrant de la startup. D’autres services devraient être mis en place, dans les domaines du droit immobilier et du droit commercial. Mais l’essentiel de cette levée de fonds devrait être consacré au recrutement (avec 40 recrutements prévus pour arriver à une équipe d’une centaine de personnes) et au développement d’une solution B2B, destinée aux professionnels du droit (avocats, notaires…) pour accompagner leurs propres clients.

[source : Maddyness, Anthony Boudet, 12/03/19 ]

#data science : Dataiku réalise une méga-levée de fonds de 101 M de dollars

[tiré de Frenchweb.fr, article publié le 19/12/2018 ]

La start-up américaine d’origine française Dataiku, qui propose une plateforme logicielle d’analyse prédictive, a annoncé mercredi avoir conclu un tour de table de 101 millions de dollars mené par Iconiq Capital. Le fonds britannique Dawn Capital ainsi que les investisseurs historiques, Battery Ventures, FirstMark Capital, Serena Capital et Alven Capital, ont également participé à l’opération. Celle-ci valorise la société aux alentours des 700 millions de dollars.

Dataiku avait déjà levé 28 millions de dollars en septembre 2017 pour accélérer sa croissance commerciale aux États-Unis, en Europe et en Asie, mais aussi intensifier ses efforts dans la R&D pour enrichir son offre.

Fondée en 2013 par Marc Batty, Thomas Cabrol, Florian Douetteau et Clément Stenac, Dataiku a développé Data Science Studio, une plateforme dont l’objectif est de rendre plus productif et efficace le développement d’une application prédictive. A partir de leurs données, les entreprises peuvent notamment prédire les clients qui ont la plus forte probabilité de partir, ou encore optimiser les contenus d’un site web en déterminant en amont le parcours des visiteurs.

Cette plateforme permet ainsi aux entreprises de toute taille et de tout secteur (distribution, e-commerce, santé, finances, transports, secteur public…) de repenser leurs activités grâce à l’intelligence artificielle et de trouver de nouvelles réponses à leurs problématiques d’optimisation marketing, de maintenance prédictive ou encore de détection de fraude. «Beaucoup parlent de transformation numérique à l’échelle de l’entreprise, nous sommes persuadés que cette révolution se joue à l’échelle des individus et de leur capacité à s’approprier ces technologies. Nous travaillons dans ce sens depuis le début, convaincus que l’accès à la donnée, la collaboration entre les profils et l’éducation sont les clés d’une adoption massive de l’intelligence artificielle au cœur de l’entreprise», explique Florian Douetteau, co-fondateur et CEO de Dataiku.

Entreprise parisienne relocalisée à New York fin 2016, date à laquelle elle avait alors bouclé un tour de table de 14 millions de dollars, Dataiku revendique plus de 200 clients, dont General Electric, Unilever, Sephora, AccorHotels ou encore BNP Paribas. Sur le marché des solutions d’analyse prédictive, Dataiku est confrontée à une concurrence aux multiples visages. Ainsi, IBM, Microsoft, SAP ou encore Alteryx ont développé des outils pour aider les entreprises à mieux connaître leurs consommateurs à partir de leurs données.

#machine learning : LightOn lève 2.9 M€ pour financer sa puce optique

La start-up parisienne LightOn a annoncé ce 19 décembre avoir levé 2,9 millions d’euros pour développer son processeur optique capable d’accélérer les calculs de l’intelligence artificielle. Le tour a été mené par le fonds de capital-risque Quantonation, lancé en début d’année par le serial-entrepreneur Charles Beigbeder pour investir dans l’informatique quantique et les technologies de rupture. Le capital-risqueur américain Anorak est aussi de la partie.

[tiré de l’Usine Nouvelle, article publié le 20/12/2018 à 15h ]

#IA : Gleamer lève 1,5 M€ pour sécuriser le diagnostic des radiologues

[Communiqué de presse Gleamer, Bpifrance, XAnge, Elaia Partners]

Gleamer, logiciel d’intelligence artificielle à destination des radiologues, annonce avoir bouclé une levée de fonds de 1,5 million d’euros auprès de XAnge, Elaia Partners, du fonds Ambition Amorçage Angels (F3A), géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, de Kima Ventures et de business angels.

Fondé en 2017 par Christian Allouche, Alexis Ducarouge et Nicolas Cosme et accompagné par Agoranov, Gleamer vise à révolutionner le secteur de la radiologie grâce à une plate-forme d’intelligence artificielle capable de fournir un diagnostic automatisé d’images médicales et de générer un compte-rendu détaillé.


Alors que le besoin en imagerie a doublé en dix ans, le nombre de radiologues n’a que très peu progressé. Gleamer met l’intelligence artificielle au service de la productivité des radiologues. Son logiciel détecte les lésions dans une image et les caractérise dans un compte-rendu que le radiologue examine et valide en quelques clics.

Dans un premier temps, Gleamer a décidé de concentrer ses efforts sur la traumatologie et notamment la radiographie osseuse des membres, un type d’examen très fréquent, mais souvent peu apprécié des radiologues car répétitif et chronophage. La fiabilité des résultats obtenus par Gleamer assure une réduction considérable du temps d’examen, ainsi qu’une amélioration significative de la qualité diagnostique.

L’entreprise a d’ores et déjà engagé des partenariats stratégiques avec des acteurs majeurs du domaine de l’imagerie médicale et de la radiologie. Cette levée de fonds permettra notamment à Gleamer de renforcer son équipe, de finaliser le développement de son offre produit et d’obtenir les homologations CE et américaine auprès de la FDA (Food and Drug Administration).

#hardware : Wisebatt lève un million d’euros

La startup Wisebatt, fondée en 2016 par Wilfried Dron et Marion Blatter et incubée au sein d’Agoranov jusqu’en 2018, vient de clôturer son 1er tour de table d’un million d’euros auprès du fonds d’investissement Demeter, géré par Demeter Ventures, et du fonds Paris Region Venture Fund (PRVF), géré par CapDécisif Management.
Cette opération va permettre à l’entreprise de se doter des moyens nécessaires pour devenir la plate-forme de référence du prototypage “hardware” pour les ingénieurs et porteurs de projets indépendants, en France et à l’international.
Wisebatt propose une plateforme collaborative de développement et d’optimisation pour objets connectés, évaluant notamment leur consommation, à partir d’un catalogue de circuits intégrés lié à l’outil de conception/simulation.

#environnement : Naskeo finalise un tour de financement de 12 M€

[Communiqué de presse de Naskéo]

Leader français de la conception et de la construction de centrales de production de biogaz, Naskeo se renforce en accueillant à son capital 4 investisseurs : Generis Capital Partners (investisseur lead), Citizen Capital, Sigma Gestion et Supernova Invest (fonds Crédit Agricole Innovations et Territoires), qui rejoignent les dirigeants et la coopérative agricole SCARA. L’opération de 12 millions d’euros, l’une des plus importantes ces dernières années dans le secteur du biogaz en France, permettra à Naskeo d’atteindre ses objectifs de croissance en France et à l’étranger en renforçant ses équipes. Fort de l’expertise acquise et conforté par les récentes annonces du Gouvernement, le groupe va ainsi étendre ses activités en matière d’exploitation et maintenance de sites, et investira dans plusieurs centrales biogaz aux côtés de ses partenaires du monde agricole.

Le gaz vert, une filière prometteuse !
Fondé en 2005 par quatre étudiants ingénieurs, Naskeo s’est progressivement imposé comme le spécialiste de la méthanisation (procédé biologique permettant de valoriser des matières organiques en produisant du biogaz qui est source d’énergie renouvelable et un digestat utilisé comme fertilisant). La société, basée à Malakoff (92) et à Bouguenais (44), compte aujourd’hui près de 60 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros en 2017, en croissance de 100% par rapport à 2016. En 13 ans, Naskeo a construit plus de 30 unités de méthanisation, auxquelles s’ajoutent plus de 10 centrales en cours d’achèvement ; à l’international, une première centrale au Japon mise en service en septembre 2018, et des projets avancés en Europe et en Afrique. La loi de transition énergétique de 2015 fixe un objectif d’au moins 10% de gaz vert dans la consommation française en 2030. Bien que le gaz vert représente encore moins de 1% du gaz distribué par le réseau de gaz naturel, sa production croît à un rythme de plus de 70% par an et son potentiel de croissance s’avère très significatif et pour de nombreuses années. Présent sur ce marché en plein essor, Naskeo entend continuer à y jouer un rôle central en structurant la filière industrielle de production de biogaz à partir de biomasse agricole et de déchets organiques et en impulsant une dynamique collaborative avec l’ensemble des acteurs du territoire, le monde agricole, les industries agroalimentaires et les collectivités autour de projets créateurs de valeur.

Un programme ambitieux d’ici 2022
Les fonds levés vont permettre à Naskeo d’accélérer sa croissance avec pour objectifs d’ici 2022 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE • Construire et mettre en service une centaine d’unités de méthanisation qui produiront 50 millions de mètres cubes de gaz par an, soit l’équivalent de 50.000 foyers chauffés au gaz vert, • Permettre à 700 exploitations agricoles de devenir productrices d’énergie, • Eviter l’émission de 150 000 tonnes de CO2 par an en substituant au gaz naturel fossile du gaz vert et en empêchant l’émission spontanée de méthane par les effluents d’élevage, • Valoriser plus de 1,5 million de tonnes de biomasse sur les installations construites, • Développer l’activité à l’international sur plusieurs pays en Europe, en Asie et en Afrique.

A propos de Naskeo
Forte de ses 13 ans d’expérience, Naskeo – dirigée par Aurélien Lugardon, Marc Bauzet et Philippe Spannagel – est aujourd’hui leader de la valorisation énergétique des déchets par méthanisation en France. L’entreprise propose aujourd’hui des solutions innovantes pour la construction de projets individuels et territoriaux grâce à deux procédés (voie liquide et voie sèche). La société compte près de 60 salariés et 30 unités en exploitation ainsi que 10 chantiers en cours.

#LegalTech : Doctrine lève 10 millions d’euros

Fondée il y a deux ans par Nicolas Bustamante (juriste, major de l’ENS), Antoine Dusséaux (Ecole polytechnique, UC Berkeley) et Raphaël Champeimont (docteur en informatique à l’Université Pierre et Marie Curie), Doctrine utilise l’intelligence artificielle pour faire émerger les contenus les plus pertinents aux professionnels juridiques. Elle annonce une deuxième levée de fonds de 10 millions d’euros auprès d’Otium et de Xavier Niel.

doctrine-fr-dusseaux-bustamante-champeimont
La jeune pousse avait déjà récolté 2 millions d’euros pour son premier financement, après 6 mois d’existence. En dix-huit mois, Doctrine est passée de 5.000 individus qui utilisaient son moteur de recherche, à plus de 1.000 organisations (comprenant chacune plusieurs utilisateurs). Pour continuer à se développer sur ce rythme, Doctrine veut renforcer encore son produit, ainsi que sa relation client. Elle compte 50 collaborateurs aujourd’hui, mais souhaite passer à 160 fin 2019.

#medtech : Biomodex annonce une levée de fonds de 12 M€

BIOMODEX, incubée par Agoranov en 2017 et basée à Paris (FR) et Boston (US), conclut un tour de table de 12M€ ($15M) auprès d’Idinvest Partners (Lead), d’InnovAllianz, et de ses actionnaires historiques LBO France et Inserm Transfert Initiative.

biomodex1

BIOMODEX est une société MedTech dans le domaine de la simulation chirurgicale, qui imprime via les technologies d’impression 3D multimatériaux une réplique exacte de l’organe (anatomie, pathologie, biomécanique) du patient à partir de son imagerie médicale afin que le chirurgien puisse faire le planning préopératoire de cet organe la veille de l’opération, et ainsi réduire les risques d’erreur médicale.

Cette solution contribue ainsi à un meilleur résultat clinique, un temps opératoire réduit et une diminution de l’exposition aux rayons X, et s’avère un outil pédagogique efficace pour les chirurgiens en cours de formation.

#bluetooth : Tempow annonce une série A de 3,4 M€ pour diffuser son protocole Bluetooth

Tempow boucle une série A de 3,4 M€ auprès de Balderton Capital et de C4 Ventures, alors qu’elle avait déjà bénéficié de 0,5 M€ d’amorçage apportés par des business angels.

Créée par Vincent Nallatamby, Thomas Girardier et Thomas Goupy, la startup, fondée fin 2015, a développé une technologie qui permet de diffuser de la musique sur plusieurs enceintes en même temps avec son smartphone et améliore radicalement l’expérience utilisateur (UX) du Bluetooth, pour tous les objets connectés.