#Fintech : Signature du contrat de transfert du projet de maturation TEMPO vers la start-up Kesitys

#Fintech : Signature du contrat de transfert du projet de maturation TEMPO vers la start-up Kesitys

Orsay, le 5 février 2019 – Xavier Apolinarski, président de la SATT Paris-Saclay, Benoît Deveaud, directeur adjoint de l’enseignement et de la recherche de l’École polytechnique, Wahiba Robert, chargée de valorisation au sein de la Direction Recherche, Innovation, Valorisation et Europe de Grenoble INP et Anne-Claire Jeancolas, CEO de la start-up Kesitys ont annoncé jeudi 24 janvier 2019 la signature d’un contrat de transfert de technologie. Faisant suite à une convention de maturation engagée auprès de la SATT Paris-Saclay en 2016 dans le cadre du projet TEMPO (Centre de Mathématiques Appliquées, CNRS/École polytechnique), cette nouvelle étape a pour objectif la mise sur le marché d’un assistant de pilotage permettant aux opérateurs des marchés financiers de gérer les risques de leurs portefeuilles de produits dérivés, de manière automatique et optimisée.
A l’origine du projet TEMPO pour lequel une convention de maturation avait été signée auprès de la SATT Paris-Saclay en juillet 2016 : des recherches en mathématiques financières engagées dès 2010 au sein du Centre de Mathématiques Appliquées (CMAP, CNRS/École polytechnique), en collaboration avec le Laboratoire d’Informatique de Grenoble (LIG, INRIA/CNRS/INP Grenoble/UGA), visant au développement d’outils innovants de gestion de risque à destination des opérateurs de marché.
« Après de premiers résultats prometteurs ayant permis l’obtention d’une preuve de concept en laboratoire en 2014, c’est tout naturellement que nous nous sommes tournés vers la SATT Paris-Saclay pour concevoir et tester un premier produit à destination des traders de produits dérivés », précise Emmanuel Gobet, professeur à l’École polytechnique, à l’origine du projet avec Mnacho Echenim, maître de conférences à Grenoble INP-Ensimag.

Un pari gagnant comme en témoignent, 24 mois plus tard, les résultats obtenus par le projet TEMPO en fin de maturation. « Grâce à l’accompagnement bienveillant mais sans compromis de la SATT ParisSaclay, ainsi qu’au soutien financier de cette dernière, nous sommes en effet parvenus à faire évoluer notre prototype et à concevoir, développer et tester en conditions réelles auprès d’un partenaire un premier produit fonctionnel pour le marché des actions et des indices », indique Emmanuel Gobet.

Côté SATT, on se réjouit également de cette première collaboration fructueuse avec le CMAP et le LIG qui, comme le précise Mikaël Contrastin, responsable du Pôle Maturation de la SATT Paris-Saclay, « aura permis non seulement d’obtenir, dans le cadre d’un portefeuille réel, un niveau de performance cohérent avec l’optimisation théorique attendue, mais aussi de transformer l’essai en convertissant un gain mathématique théorique en une valeur d’usage monétisable dans le cadre d’une création de startup ».

C’est donc sous le nom de Kesitys, start-up créée en octobre 2018, que l’aventure du projet TEMPO est désormais appelée à se poursuivre. « En signant ce contrat de transfert de technologie, notre ambition est, dans un premier temps, de commercialiser notre 1er produit sur le marché des actions et des indices. Dans un second temps, nous envisageons une levée de fonds plus conséquente qui nous permettra de renforcer nos effectifs R&D et commerciaux, de développer de nouvelles applications et de pénétrer des marchés tels que ceux des taux d’intérêt ou des matières premières », explique Anne-Claire Jeancolas, associée au projet TEMPO au cours de sa phase de maturation et désormais CEO de Kesitys.
Un optimisme visiblement largement partagé par la SATT Paris-Saclay dont témoigne Mikaël Contrastin en se disant « très confiant quant à l’avenir de cette première Fintech sortie de nos rangs ».
Pour en savoir plus sur Kesitys : www.kesitys.com

A PROPOS DE LA SATT PARIS-SACLAY
La SATT Paris-Saclay, filiale de la Fondation de Coopération Scientifique Campus Paris-Saclay (Université Paris-Saclay, New Uni & Hec), développe la compétitivité des entreprises par l’innovation en exploitant des technologies ou des compétences provenant des laboratoires du cluster Paris-Saclay.
Son cœur de métier est la maturation d’innovation sur les plans technologique, juridique et économique. La SATT Paris-Saclay travaille en étroite collaboration avec les entreprises qu’elle peut associer dans l’élaboration et/ou la réalisation de projets de co-maturation. Elle propose à l’industrie des licences d’exploitation sur les technologies maturées. La SATT Paris-Saclay est membre du réseau SATT.
Pour en savoir plus sur la SATT Paris-Saclay : www.satt-paris-saclay.fr

À PROPOS DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE
Largement internationalisée (30% de ses étudiants, 39% de son corps d’enseignants), l’École polytechnique associe recherche, enseignement et innovation au meilleur niveau scientifique et technologique. Sa formation promeut une culture d’excellence à forte dominante en sciences, ouverte sur une grande tradition humaniste. À travers son offre de formation – bachelor, cycle ingénieur polytechnicien, master, programmes gradués, programme doctoral, doctorat, formation continue – l’École polytechnique forme des décideurs à forte culture scientifique pluridisciplinaire en les exposant à la fois au monde de la recherche et à celui de l’entreprise. Avec ses 22 laboratoires, dont 21 sont unités mixtes de recherche avec le CNRS, le centre de recherche de l’X travaille aux frontières de la connaissance sur les grands enjeux interdisciplinaires scientifiques, technologiques et sociétaux. L’École polytechnique est membre fondateur de l’Université Paris-Saclay.
Pour en savoir plus sur l’École polytechnique : www.polytechnique.edu

À PROPOS DU CNRS
Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est un organisme public de recherche, placé sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Il produit du savoir au service de la société. Avec 31 612 personnes, un budget primitif pour 2017 de 3.5 milliards d’euros, une implantation sur l’ensemble du territoire national, le CNRS exerce son activité dans tous les champs de la connaissance, en s’appuyant sur plus de 1 100 laboratoires. Avec un portefeuille de plus de 5 629 familles de brevets, 1 220 licences actives, 21 accords-cadres avec des sociétés du CAC 40, plus de 1 400 start-ups créées, une implication dans les Instituts/Tremplins Carnot et les pôles de compétitivité, 51 800 publications en moyenne en 2017, 21 Prix Nobel et 12 lauréats de la Médaille Fields, le CNRS a une longue tradition d’excellence, d’innovation et de transfert de connaissance vers le tissu économique. Le CNRS est également membre fondateur de toutes les SATT.
Pour en savoir plus sur le CNRS : www.cnrs.fr

À PROPOS DE GRENOBLE INP, INSTITUT D’INGENIERIE UNIV. GRENOBLE ALPES
Grenoble INP, établissement public d’enseignement supérieur et de recherche, forme au sein de 6 écoles des ingénieurs créatifs, responsables, engagés pour un monde durable pour répondre aux enjeux sociétaux de demain dans les domaines de l’énergie, de la société du numérique, des micro et nanotechnologies, de l’environnement et de l’industrie du futur. Grenoble INP développe ses formations en synergie avec des laboratoires de recherche de haut niveau co-pilotés avec les partenaires universitaires du site et les organismes de recherche (CNRS, Inria, CEA…) et tisse depuis de nombreuses années des liens étroits avec le monde socio-économique, qui lui permettent d’anticiper les besoins en compétences des industriels.
Pour en savoir plus sur Grenoble INP : www.grenoble-inp.fr