A la une

De A la une

#iot : Drust récompensé au CES 2019

Drust a remporté le prix de l’innovation dans la catégorie « véhicules intelligents et technologies de conduite autonome », décerné par le jury du Consumer Electronics Show 2019. La startup a été récompensée pour son application d’aide à une conduite plus sûre baptisée Superdrive. Grâce à des algorithmes et des outils d’intelligence artificielle, Drust combine des données cartographiques (zones dangereuses et accidentogènes), de maintenance du véhicule et de type de conduite de l’utilisateur pour prévenir les accidents.

[ sources : Le Monde, 09/01/2019 ]

#medtech : PrediLife réussit son introduction en bourse sur Euronext Growth Paris

PrediLife a annoncé le 18 décembre dernier la réussite de son introduction en bourse sur le marché Euronext Growth Paris. Cette introduction permet à la Société de lever 3,6 M€ par voie d’augmentation de capital.

« Nous sommes fiers d’annoncer aujourd’hui la réussite de notre introduction en bourse sur le marché Euronext Growth Paris, marquée par l’arrivée de nouveaux actionnaires que nous tenons à remercier pour la confiance qu’ils nous accordent. Nous souhaitons également remercier nos actionnaires historiques qui ont renouvelé leur soutien. Cette levée de fonds va notamment permettre à PrediLife d’accélérer le déploiement commercial de sa solution MammoRisk® en France et à l’international. » commente Stéphane Ragusa, Fondateur et Président Directeur Général de PrediLife.

[tiré de businesswire.com ]

 

 

#new : Agoranov accueille deux nouvelles startups en incubation !

Faites connaissance avec nos deux nouveaux incubés ! Bienvenue à Kesitys et DIVA !

KESITYS met à la disposition de ses clients, opérateurs de marché sur les produits dérivés, des outils de mathématiques financières innovants qui leur permettent de gérer le risque de leur portefeuille de manière automatique et optimisée. Notre premier produit, TEMPO, est le résultat de plusieurs années de recherche, de développement et de tests, en partenariat avec des institutions académiques et de recherche prestigieuses : l’Ecole Polytechnique, Grenoble INP et le CNRS.

DIVA mêle cognition humaine, réalité virtuelle et apprentissage machine afin d’améliorer le traitement chirurgical des patientes atteintes de cancer du sein et, plus généralement, aide à la préparation des chirurgies complexes.

 

 

#education : Quand les startups s’invitent à l’école !

Depuis 3 ans, les Startups à l’Ecole rapprochent publics scolaires (collège, lycée, BTS…) et startups innovantes à l’occasion de projets pédagogiques imaginés dans des disciplines variées (arts plastiques, SVT, technologie, marketing etc.).

Initiées par l’incubateur Agoranov en partenariat avec Retis, les Startups à l’Ecole sont désormais présentes dans 11 académies.
Grâce aux Startups à l’Ecole, des collégiens ont imaginé et développé un goûter à base de microalgues avec la startup Algama. Une classe de BTS Commerce International a travaillé sur l’implantation à l’étranger de la startup DeepOR. Des élèves ont réalisé leur TPE sur la méthanisation en collaboration avec la startup Tryon Environnement…
 
Vous souhaitez participer à un projet pédagogique ? Retrouvez les Startups à l’Ecole ICI
 

#event : les incubateurs publics célèbrent leurs 20 ans !

Le 8 novembre s’est tenue dans les locaux de CentraleSupélec la cérémonie célébrant les 20 ans des incubateurs de la recherche publique et du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes (iLab), à l’invitation du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

6 entrepreneurs emblématiques ont à cette occasion partagé leurs retours d’expériences sur le concours iLab et les incubateurs publics, tremplins de la croissance de leur entreprise.

Parmi eux, Aurélien Lugardon, CEO de Naskeo, incubé par Agoranov en 2005, témoigne : « Agoranov a été un miroir pour confronter nos idées et nous a permis l’accès à ses experts, à l’écosystème et à une large communauté d’entrepreneurs ». Naskeo compte aujourd’hui 60 employés et s’est affirmé comme le leader du développement, de la construction et de l’exploitation d’unités de méthanisation de matière organique et de production de gaz vert en France.

A ses côtés, Clément Stenac, directeur technique de Dataiku, incubé par Agoranov en 2015 : « Nous cherchions un incubateur résolument typé recherche et tourné vers l’innovation ». Depuis sa fondation en 2013, Dataiku, qui édite une plateforme logicielle collaborative destinée aux data analysts et scientists, a séduit plus de 170 clients et compte 200 employés, entre Paris, New-York, Londres et Munich.

Globalement, les incubateurs publics franciliens Agoranov, IncubAlliance et Paris Biotech Santé affichent un bilan très positif avec 913 projets accompagnés, qui ont créé 11 130 emplois directs et levé plus de 1,6 milliard d’euros.

 

#new : Agoranov accueille 3 nouvelles startups en incubation !

Faites connaissance avec nos 3 nouveaux incubés !
Bienvenue à Bynd, Mattech et Veesion !

BYND
Bynd réinvente l’expérience des laboratoires de biologie médicale, en fournissant des informations plus compréhensibles aux patients et plus pertinentes aux médecins, grâce à l’Intelligence Artificielle.

MATTECH
Mattech est un système de classement intelligent par tags qui vous permet de trouver et d’utiliser les fichiers de vos collègues aussi rapidement que les vôtres. Une indexation automatique liée à des ontologies propres aux métiers, que nous mettons à disposition dans un premier temps des créatifs pour leurs images.

VEESION
Veesion développe une technologie de détection automatique et en temps réel des actes de vol dans les points de vente physique. Notre algorithme de Deep Learning analyse en continu le contenu des caméras existantes afin d’identifier les comportements suspects.

#concours : Biomodex et Orosound sont lauréats des Trophées Cap’tronic

La 12ème édition des Trophées CAP’TRONIC s’est achevée le 17 octobre à Paris au Ministère de l’Economie et des Finances à Paris Bercy, à l’occasion de l’événement CAP sur l’Innovation sur le thème de « L’Intelligence Artificielle au service d’un monde réel ».

Parmi les nombreux projets présentés, le jury, composé d’entrepreneurs, d’experts et de journalistes, avait sélectionné 13 projets d’entreprises finalistes, réparties sur toute la France, et qui se sont révélés particulièrement innovants dans leurs catégories.
Biomodex et Orosound, incubées par Agoranov jusqu’en 2017, ont été récompensées dans leurs catégories respectives, à savoir « Santé & Bien-être » et « Produit à usage du grand public ».

Biomodex est nominé au « Trophée CAP’TRONIC Santé & Bien-être », qui récompense la meilleure innovation conduite sur un produit s’adressant aux marchés de la santé ou du bien-être. Biomodex conçoit des solutions de planning préopératoire imprimées en 3D, à partir de l’image médicale des patients. BIOMODEX utilise des algorithmes propriétaires, des logiciels de pointe et des imprimantes 3D pour fabriquer des organes dont la biomécanique est fidèle aux patients. Ils permettent ainsi une expérience de simulation chirurgicale inédite pour la simulation préopératoire patient-spécifique ainsi que la formation continue des chirurgiens.

Orosound est nominé au « Trophée CAP’TRONIC du produit à usage du Grand Public » qui récompense la meilleure innovation conduite sur un produit à usage du Grand Public. Orosound, start-up experte en acoustique et acteur du bien être sonore en milieu professionnel, commercialise les écouteurs TILDE. Tilde est une solution anti-bruit innovante pour améliorer concentration, bien-être et productivité au bureau. Grâce à sa technologie anti-bruit sélective brevetée, les écouteurs Tilde différencient le bruit des sons utiles, comme la voix d’une personne qui vous parle. L’utilisateur peut ainsi trouver le parfait équilibre entre concentration et collaboration au bureau.

#medtech : Cardiawave sécurise 7 millions d’€

[Communiqué de presse de Cardiawave]

La Medtech Cardiawave sécurise 7 millions d’euros de financement pour développer la première solution de prise en charge non invasive de la sténose aortique au monde.

Cardiawave, la startup née des travaux de recherche de l’Institut Langevin et de l’HEGP (Hôpital Européen Georges Pompidou), annonce avoir sécurisé 7 millions d’€ de financements dont 2,5 millions d’€ de subventions via le dispositif européen Instrument PME, phase 2.
Au cours de l’été, Cardiawave a sécurisé 4,5 millions d’€ d’augmentation de capital auprès de ses actionnaires historiques (Sofimac Innovation, Business Angels des Grandes Ecoles (BADGE), Paris Business Angels (PBA), Angels Santé et Angels’ Bay Invest) et en élargissant le tour de table à des family offices dont ceux de Messieurs Philippe Oddo et Serge Crasnianski. En parallèle, elle bénéficie de 2,5 millions d’€ de subventions via le dispositif européen Instrument PME, phase 2, qui finance les technologies européennes les plus disruptives portées par des sociétés à très fort potentiel de croissance. Ceci porte ses nouvelles capacités de financement à 7 millions d’€.

Pour Benjamin Bertrand, PDG de Cardiawave : « Cette levée de fonds auprès de nos actionnaires historiques et de family offices prestigieux démontre que notre projet d’entreprise conjugue parfaitement ambition et réalisme. Couplée à la subvention du dispositif européen Instrument PME, elle nous permet d’envisager nos développements sereinement, au-delà des études cliniques chez l’homme qui débuteront en 2019. Le marquage CE et la commercialisation sont, pour leur part, attendus début 2021 ».

 

CARDIAWAVE RÉPONDRA, DÈS DEMAIN, À UN BESOIN MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

La sténose aortique (ou RAC, rétrécissement aortique calcifié) touche de 3 à 12 % de la population de plus de 65 ans : cette pathologie est devenue un enjeu majeur de santé publique en raison du vieillissement des populations occidentales. Le taux de survie est de 2 à 5 ans pour les patients diagnostiqués avec un RAC sévère symptomatique : environ 1,3 million de patients sont atteints en Europe aujourd’hui.

Avec son dispositif non-invasif, d’un coût plus faible que les traitements actuels et facilement utilisable par les cardiologues, Cardiawave ambitionne de répondre à plusieurs enjeux : prendre en charge davantage de patients, plus tôt et avec un meilleur rapport bénéfice-coût pour les systèmes de santé. De fait, qu’il s’agisse de la chirurgie à cœur ouvert ou de procédure mini invasive type TAVI, la prise en charge actuelle est réservée aux patients très malades à risque élevé de mort subite. Les deux approches provoquent des complications (AVC, infections, infarctus) et la morbidité liée à ces interventions est de 3 à 5 % à 30 jours, 20 % à 1 an, 40 % à 3 ans. Leur coût est également extrêmement élevé et limite leur diffusion et leur usage. Actuellement, seuls 30 % des patients touchés par un RAC à son stade sévère seraient pris en charge, du fait de l’absence de diagnostic ou en raison de l’inéligibilité des patients aux réponses médicales actuelles ou enfin par manque d’infrastructures.

La première étude clinique chez l’être humain débutera au printemps 2019 et permettra à Cardiawave d’envisager le marquage CE Dispositif Médical au début de l’année 2021 et un déploiement de la thérapie la même année. Pour assurer celle-ci, une nouvelle levée de fonds, d’un montant de 15 millions d’€, interviendra fin 2019, début 2020.

 

CARDIAWAVE, LORSQUE LES SCIENCES FONDAMENTALES RENCONTRENT LA CLINIQUE

Cardiawave a été créée en octobre 2014 par Benjamin Bertrand (entrepreneur franco-américain), les physiciens Mickaël Tanter, Mathieu Pernot et Mathias Fink de l’Institut Langevin (Unité́ mixte de recherche CNRS/INSERM/ESPCI), leader mondial en imagerie et thérapie par ultrasons, et le cardiologue Emmanuel Messas, Chef de service et Directeur de laboratoire à l’Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP). Cardiawave a développé un dispositif médical non invasif pour prendre en charge les pathologies valvulaires cardiaques, en particulier celle du rétrécissement aortique calcifié, la première valvulopathie de l’adulte et l’une des principales causes de mortalilité cardiovasculaire dans le monde.

Fruit d’une collaboration de plus de cinq ans entre les équipes de l’Institut Langevin et celles de l’HEGP autour des ultrasons focalisés, la technologie développée par Cardiawave s’appuie sur plusieurs innovations de rupture brevetées. Nommée Pulsed Cavitational Ultrasound Therapy (PCUT), la thérapie consiste à délivrer des ultrasons qui, par un effet mécanique de très haute précision (cavitation), vont venir micro-fracturer les calcifications et rendre ainsi sa souplesse aux volets, ou folioles, de la valve cardiaque immédiatement durant l’intervention. La valve aortique s’ouvrant mieux, le sang oxygéné peut à nouveau irriguer le corps convenablement.

Les technologies rassemblées dans le dispositif développé par Cardiawave présentent de nombreux avantages par rapport à l’état de l’art et toutes les technologies existantes. Via un dispositif d’imagerie intégré et couplé avec le procédé de thérapie à ultrasons, il est possible de suivre en temps réel le déroulement du traitement et ses effets.

#evenement : 20 ans d’innovations en Ile-de-France

 

Le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation célèbre cette année les 20 ans des incubateurs de la recherche publique et du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes (i-Lab). Les Prix PEPITE destinés aux étudiants entrepreneurs complètent aujourd’hui ces deux dispositifs.

A cette occasion, des évènements régionaux sont organisés pour mettre en lumière les entrepreneurs issus de ces incubateurs, les lauréats du concours i-Lab, ceux du Prix PEPITE, et à encourager l’esprit d’entreprendre auprès des étudiants et des chercheurs.

C’est ainsi que le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et la Région Ile-de-France vous invitent :

 


Le 8 novembre 2018,
de 14h à 18h30 à CentraleSupélec
À célébrer ensemble 20 ans d’innovations en Ile-de-France


– PROGRAMME –

| L’impact du concours i-Lab et des incubateurs publics
sur la croissance des start-up franciliennes |
>> Partagez l’aventure et le goût d’entreprendre de 6 innovateurs emblématiques
accompagnés par les trois incubateurs majeurs d’Ile-de-France et labellisés i-Lab entre 2000 et 2018

| Qui sont les champions de demain issus du territoire francilien ? |
>> Découvrez les 32 Prix PEPITE Ile-de-France, sélectionnés pour la phase régionale

| La communauté d’innovation de Paris-Saclay a sa plateforme en ligne ! |
>> Lancement de la plateforme Paris-Saclay Start-Up,
outil innovant de mise en relation en ligne entre start-ups, lieux innovants de Paris-Saclay
et investisseurs français et internationaux

Inscriptions

Pour toutes questions relatives à l’événement : communication@satt-paris-saclay.fr 

#IA : Gleamer lève 1,5 M€ pour sécuriser le diagnostic des radiologues

[Communiqué de presse Gleamer, Bpifrance, XAnge, Elaia Partners]

Gleamer, logiciel d’intelligence artificielle à destination des radiologues, annonce avoir bouclé une levée de fonds de 1,5 million d’euros auprès de XAnge, Elaia Partners, du fonds Ambition Amorçage Angels (F3A), géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, de Kima Ventures et de business angels.

Fondé en 2017 par Christian Allouche, Alexis Ducarouge et Nicolas Cosme et accompagné par Agoranov, Gleamer vise à révolutionner le secteur de la radiologie grâce à une plate-forme d’intelligence artificielle capable de fournir un diagnostic automatisé d’images médicales et de générer un compte-rendu détaillé.


Alors que le besoin en imagerie a doublé en dix ans, le nombre de radiologues n’a que très peu progressé. Gleamer met l’intelligence artificielle au service de la productivité des radiologues. Son logiciel détecte les lésions dans une image et les caractérise dans un compte-rendu que le radiologue examine et valide en quelques clics.

Dans un premier temps, Gleamer a décidé de concentrer ses efforts sur la traumatologie et notamment la radiographie osseuse des membres, un type d’examen très fréquent, mais souvent peu apprécié des radiologues car répétitif et chronophage. La fiabilité des résultats obtenus par Gleamer assure une réduction considérable du temps d’examen, ainsi qu’une amélioration significative de la qualité diagnostique.

L’entreprise a d’ores et déjà engagé des partenariats stratégiques avec des acteurs majeurs du domaine de l’imagerie médicale et de la radiologie. Cette levée de fonds permettra notamment à Gleamer de renforcer son équipe, de finaliser le développement de son offre produit et d’obtenir les homologations CE et américaine auprès de la FDA (Food and Drug Administration).